Philippe Goffin : « Il faut être cohérent. Il faut s'habituer à la nouvelle terminologie en place. Il n'y a plus d'interdiction, mais des déconseils forts. Et si on donne ces déconseils, c'est pour des raisons bien précises : raisons sanitaires, car la situation dans les zones rouges est délicate, dangereuse, et on veut éviter, chez nous, une propagation trop importante du virus ».