« La communication a été très claire par le Conseil national de sécurité. C’était vendredi 24 avril : nous avons commencé à annoncer les différentes étapes du déconfinement. Nous avons aussi annoncé des mesures concernant le port du masque : le masque sera obligatoire, notamment dans les transports en commun. C’est important que, là-bas, on prenne des protections nécessaires. Bien sûr il y a de l’impatience, on a tous envie de retrouver la vie d’avant la crise du Covid-19, mais on doit aussi mettre en place toute une série de barrières de protection : la distanciation sociale est une chose mais il y a également des éléments supplémentaires tels que le masque ».

« La séquence a été très vite : on est face à une crise totalement inattendue, avec des évolutions notamment au niveau des connaissances que nous avons et qui nous sont communiquées par nos experts. Et donc on peut avoir cette impression extérieure qu’il y a un manque de préparation. Or tous les pays sont face à la même crise, avec des difficultés d’approvisionnement et des adaptations qui doivent pouvoir être faites en cours de crise. C’est ce que nous faisons, d’où l’appel qui a été lancé à la Défense pour les masques. La question, pour le moment, c’est de réussir ensemble à gagner le défi de cette lutte contre le Covid-19 ».

« Concernant ces douze millions de masques commandés par la Défense, je ne vais pas m’enfermer dans un délai. Depuis hier, le gouvernement électronique a donné mandat à la Défense de lancer un marché par procédure négociée sans publicité afin d’obtenir ces masques. Ce n’est évidemment pas facile, étant donné que beaucoup de pays sont dans la situation de la Belgique. Le marché est saturé et il va falloir beaucoup travailler pour se frayer un chemin : nous ne sommes pas les seuls demandeurs de ces masques. La Défense a des outils sérieux pour lancer des commandes. Nous veillerons à être présents avant, pendant et après pour faire en sorte que ces commandes de masque soient faites dans les meilleurs conditions possibles. Ce ne sera pas facile. Toutes nos équipes sont mobilisées pour faire en sorte que cela fonctionne le plus vite possible. C’est un souhait qui a été émis par le Conseil national de sécurité par l’entremise de Sophie Wilmès. Nous ferons donc en sorte que les masques soient disponibles le plus vite possible ».