Les militaires sont moins nombreux à patrouiller en rue