Durant la crise, la Belgique a su trouver un bon équilibre entre les aspects sanitaires, humains et économiques.

Tout en limitant fortement les voyages non essentiels, la Belgique a pu continuer à jouer son rôle de plaque tournante logistique afin de permettre à de nombreux citoyens européens de rentrer chez eux.

D'autres aspects doivent maintenant être envisagés comme les visites à des proches à l’étranger, les achats habituels fait dans les pays voisins, la continuité de l’entretien des biens immobiliers à l’étranger, etc.

C’est dans cette optique que ces lundi et mardi, le Ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin s’est entretenu avec ses homologues français, néerlandais, allemand et luxembourgeois. L’objectif de ces discussions bilatérales était d’envisager la levée progressive des restrictions de nos frontières. La Belgique partage en effet 1385 kilomètres de frontières terrestres avec ces quatre pays.

Une levée qui ne peut se faire qu’à deux conditions :

  • premièrement une même approche face à la maladie de part et d’autre de la frontière  et la maîtrise du niveau de contamination
  • deuxièmement, une réouverture pleinement concertée avec les autres états.

Avec Jean-Yves Le Drian pour la France, Heiko Maas pour l’Allemagne, Stef Blok pour les Pays-Bas et Jean Asselborn pour le Luxembourg il a, entre autres, été question de la primauté d’une base scientifique objective (notamment pour le comptage des décès), de l’utilité d'intensifier le dialogue bilatéral, santé et régions et enfin de la manière d’incorporer les recommandations européennes pour une approche coordonnée du déconfinement au niveau européen.

Merci de partager cette information